Promouvoir son roman 3

Les sites

L’univers merveilleux de l’écriture est fait de milliards de règles. Certaines assez impératives : on met un S à la fin des mots aux pluriels. (Sauf quand il faut mettre un X parce que les règles adorent avoir des exceptions). 🙁 Et puis, il y a les autres. Les règles : « il faut que… »

Si vous avez déjà lu un seul article sur ce blog, vous savez que les règles et moi, on est pas très copines. En revanche, ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que les « y a qu’à faire ça », me donnent des envies de crimes. Si, si, vraiment.

Sérieusement, s’il suffisait de cocher des cases dans une liste pour devenir auteur multimilliardaire, vous ne croyez pas que ça se saurait ?

Bref tout ça pour vous dire, le seul truc qu’il faut faire, c’est de ne pas écouter les « il faut faire ».

Voilà c’était ma leçon du jour, merci d’avoir participé. A bientôt.

Non je déconne, partez pas si vite. On a une saga à terminer. Promotion nous voilà !

Les sites spécialisés

Ce que j’appelle site spécialisé, ce sont les sites comme Babelio, Booknode, Livraddict et Goodreads…

Je ne vais pas vous dire « il faut absolument que votre livre soit sur un site spécialisé (c’est pas le genre de la maison). Mais pourquoi s’en priver ? C’est gratuit. Ça prend environ 10 minutes par sites. Et ça vous apporte un vrai plus en matière de promotion.

Bien entendu vous faites ce que vous voulez. Mais une heure de votre vie, comparer aux centaines que vous avez passé sur votre roman, ça parait assez dérisoire.

Je n’ai pas grand-chose de plus à vous dire sur le sujet, si ce n’est de prendre soin de bien remplir les métadonnées. Ce sont ces petits mots clés qui servent à décrire le livre. Personnellement, c’est la seule chose que je regarde sur ces sites en tant que lecteur.

Voici ceux de Lux sur Babelio :

Si ces petits mots m’intéressent autant c’est parce qu’ils me permettent de savoir si l’histoire aborde une thématique qui me déplait ou aux contraires que j’adore.

Je vous conseille donc d’être précis quand vous les remplissez. Au moins pour des personnes comme moi. 😉

Le site d’auteur

Parmi les « il faut » célèbrent, on retrouve le fameux : un jeune auteur doit créer son site pour promouvoir son livre.

Étant donné que j’adore mon petit blog, je ne vais pas vous dire que les blogs c’est nul.

MAIS

Si votre objectif est seulement de créer un site avec une photo de votre livre, à quoi bon ? Il existe des dizaines de sites spécialisés qui font ça très bien. Et on ne va pas se le cacher votre blog n’attendra jamais le nombre de visites des babelio, booknode, goodreads, livraddict et compagnies.

Donc avant de vous lancer dans la création d’un site, la seule question que vous devez vous poser est la suivante : est-ce que je suis prêt(e) à investir mon temps dans ce projet ?

Si la réponse est non, passez votre chemin.

Si la réponse est oui, alors il va falloir vous poser une seconde question : de quoi est-ce que je veux parler ?

Si vous voulez expliquer votre super recette de cookies à la banane et aux pépites de chocolat (les meilleurs :)) ou votre super technique pour avoir un look impeccable, je n’y vois aucune objection. Mais soyons honnête, est-ce que cela à un intérêt pour la promotion de votre livre ?

Donc avant de vous lancer dans la création d’un site réfléchissait bien au pourquoi du comment.

Et surtout, pitié, ne le faites pas juste pas qu’on vous a dit de le faire.

Le blog

Vous avez décidé de créer un blog/site. Félicitation et bienvenue dans le monde impitoyablement merveilleux du blogging.

Je vous raconte comment l’encre d’Amy est né. Si ça vous aide tant mieux, sinon tant pis.

J’ai choisi le nom de mon site. Puis je l’ai créée sur la version gratuite de WordPress. J’ai choisi mon très joli thème. Et tada.

Mais la lune de miel avec WordPress a vite tourné au vinaigre, il s’avère que pour la version gratuite on ne peut pas installer d’extensions.

Les extensions pour les novices comme moi, c’est un peu comme les applications sur le téléphone. En gros avec le site, j’avais le téléphone, mais pas les jeux.

Mon premier réflexe a donc été de regarder les versions payantes de WordPress. Et là malheur, pour avoir les extensions, il fallait payer … cher … très cher. Le forfait le plus élevé pour tout vous dire. Et plus de 200 euros par an, pour faire de la promotion pour un livre à moins de 20 euros, cela a été difficile à avaler.

J’ai donc cherché une autre solution (parce que je voulais vraiment mes extensions- surtout pour les statistiques). J’ai trouvé un hébergeur o2 Switch. Et comme on se dit tout ici, je vous explique pourquoi lui et pas un autre. C’est très élaboré comme explication.

Je n’y connais pas grand chose en informatique de l’internet et O2 est le seul qui propose un forfait unique. Pas besoin donc de traduire tous les mots barbares d’informaticien pour comprendre ce dont j’avais besoin ou pas.

Une fois mon site crée et associé à WordPress. J’ai fait migrer la première version vers celle-ci et tada (bis).

Pour finir, parlons peu, parlons informatique. Il n’est pas nécessaire d’avoir 3 masters, 4 doctorats et 6 licences pour créer un blog. Mais je vous conseille tout de même d’apprendre deux ou trois petites bases de langage informatique

Il n’est pas nécessaire d’apprendre à coder, mais savoir que HTLM ce n’est pas un SOS d’alerte, ça peut aider. Par exemple, sans ça vous n’auriez pas de très joli petit gif pour décorer cet article. Donc vive le HTLM, vive les gifs, et vive mon joli petit blog d’amour.

A bientôt sur l’encre, Amy.

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Astrid dit :

    Merci de m’avoir fait penser à mettre des étiquettes sur Babelio !!

  2. Gigi dit :

    Bizarre cette histoire d’extension. Après, je ne sais pas ce que tu cherchais. Perso, j’écris sur LibreOffice et je copie/colle sur wordpress. Cela me permet de ne pas mettre une extension pour obtenir la police que je souhaite.
    La promotion de mon livre est ce que je trouve le plus dur.
    L’écriture m’a demandé des efforts, les corrections je ne te raconte même pas.
    Mais les ventes ne décollent pas.
    Nous sommes tellement nombreux à écrire. Je ne m’en rendais pas compte avant.

    1. Amy Mackenzie dit :

      Au départ, je cherchais simplement à utiliser Google Analytics. J’avoue que maintenant que j’ai accès à tout plein d’extensions, j’arrive plus à m’en passer. Notamment celle qui permet de créer les diaporamas d’images. 🙂
      Je suis d’accord avec toi, la promotion est une chose très complexe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *